Après un week-end de Pâques chargé de chocolats en tout genre, en tant que gourmands par excellence, il nous était inévitable de vous proposer un article sur le Chocolat !

Qu’il soit noir, au lait ou blanc, le chocolat accompagne nos vies ! De l’enfance, avec des chocolats gourmands, à l’âge adulte, où certains préfèreront un carré de chocolat noir avec son café ! Le chocolat reste toujours là, tel un bon compagnon.

On lui a venté de nombreux bien faits… Bon pour le cerveau, le cœur, antioxydant… et nous ne nous en plaindrons pas !!

 

Le saviez-vous ?

Le chocolat est issu de la fève de cacao… oui assez évidemment me direz vous ! Mais ensuite ?

La fève est fermentée, torréfiée, broyée jusqu’à former une pâte de cacao liquide dont est extraite la matière grasse appelée beurre de cacao. Le chocolat est ensuite réalisé à base de pâte de cacao, beurre de cacao et sucre. Une base variable en quantité et sur laquelle certains ajouteront des épices ou des matières grasses végétales.

 

La légende du chocolat

 

Christophe Colomb

En 1492, Christophe Colomb vogue sur les mers, à la découverte des Indes. Durant la nuit du 12 octobre, trois mois exactement après avoir abordé les côtes des Canaries, la Pinta, la Niña et la Santa Maria touchent terre, du côté … des Bahamas ! Ce n’est pas exactement la destination prévue, mais le court de l’histoire vient de changer.

Très vite, Christophe Colomb s’éloigne et part à la découverte d’une nouvelle île, celle de San Salvador. Premiers contacts avec les indigènes, et premiers présents. Il reçoit des mains de cette population aussi méfiante qu’accueillante des graines inconnues, les fèves de cacao. Mais Colomb n’attache aucune importance à cette « amande qui sert de monnaie ». La légende dit même qu’il les aurait jeté par dessus bord.

Mais durant ses douze ans de voyage dans la mer des Caraïbes, le navigateur rencontre systématiquement ces mêmes fèves sur son chemin.

« Serpent à Plumes » – Quetzalcoatl

En 1519, les vaisseaux lourdement armés de Don Hernan Cortes débarquent dans la péninsule du Yucatan. Dans le calendrier maya, 1519 était une année peu ordinaire, celle du « Roseau ». Les prophéties l’annonçaient depuis toujours. C’était l’année du retour du Serpent à Plumes.

Inscrite au plus profond des croyances aztèques, cette légende prend tout son sens avec l’arrivée des 600 conquistadors.

C’est donc bien lui, Hernan Cortes, le « Serpent à Plumes », cette divinité parée d’or qui allait punir les héritiers de cette longue et belle civilisation. Contre toute attente, le peuple s’incline devant le vainqueur, le vénère comme un dieu vivant. Partout, on lui offre… des fèves de cacao et on le conduit dans les caves secrètes du palais royal pour y découvrir ce qui fut le plus grand stock de fève de cacao sans doute jamais constitué.

 

Boisson des Rois

Lorsque le conquistador retourne dans son pays natal en 1528, il revient les bras chargés de tomates, de pommes de terre, de piments, de maïs, de tabac, de haricots blancs et, bien sûr, de cacao. À la fin du siècle d’Or, la boisson chocolatée est devenue une marque de distinction dans les plus hautes sphères de la société hispanique. Amélioré grâce à l’apport de vanille et de sucre de canne, le breuvage primitif a perdu tout à la fois son côté rustique et sa désagréable amertume.

Très vite ses secrets de préparation arriveront à Turin, en Flandres et aux Pays-Bas, provinces espagnoles et lorsqu’en 1609 les juifs sont à nouveau chassés d’Espagne, ils trouvent à Bayonne un port d’accueil. Ils y amènent avec eux de nouveaux produits (piment, haricot, maïs, cacao…) et savoir-faire.

 

Enjeux industriels

Quelques années à peine après cette terrible inquisition, Anne d’Autrice, fille du roi d’Espagne fut mariée à Louis XIII. Le chocolat prenait alors place à la cour de France et embrassait peu à peu l’Europe entière tout en restant un produit noble.

Il fallut attendre 1802 pour trouver une solution permettant de solidifier le chocolat et ainsi fabriquer des tablettes.

Avec l’essor industriel du XIXème siècle, le chocolat change de voilure. Les précurseurs Suchard, Menier, Cadburry, Tobler, Kohler apportent tour à tour des avancées techniques et gustatives. Aux Pays-Bas, c’est Van Houten qui invente le chocolat en poudre (1828) même si le chocolatier et pharmacien français Debauve avait certainement trouvé la formule juste avant.

Par un heureux hasard né d’un oubli, Lindt met au point la technique du conchage qui permet d’affiner la texture (1879) alors que Hershey invente en Pennsylvanie des barres chocolatées restées célèbres (1883), suivi quarante ans plus tard par John Mars.

Le chocolat aujourd’hui en chiffres

En 2017, le marché du chocolat représentait 378 850 tonnes en France !

Sans surprise, les deux temps forts des ventes se situent à Noël et Pâques (on en a encore le goût en fond de bouche !) ce qui représente 12,4% des ventes annuelles, pour un chiffre d’affaires total de 3 280 millions d’euros.

 

Au niveau de l’emploi, le chocolat représentait en 2017, 120 entreprises dont 90% de PME et plus de 100 sites de production. Soit 30 000 emplois directs dont 15 850 en production.

 

 

Quels produits ?

Près de 70% de chocolat sont vendus en grandes surface, et les 30 % restants ? dans d’autres circuits (détaillants, stations-services, kiosques, boulangeries, etc…)

Mais qu’est-ce qui se vend le plus ? Les tablettes de chocolat à 33% !!!!

Juste derrière on retrouve nos gourmands avec les confiseries au chocolat, 27% puis les pâtes à tartiner 19%.

 

 

Combien en consomme-t-on ?

Savez vous combien vous consommer de chocolat par an ?

Et bien la moyenne en France s’élève à 7,3 kg par an par habitant (et nous avons la certitude que certains sont plus gourmands que d’autres !)

Et vous ne devinerez jamais quel pays consomme le plus de chocolat noir en Europe …

Et bien c’est nous, les Français !!!

 

Et oui car en France nous sommes à 70% de chocolat en lait contre 30% de chocolat noir, alors que l’Europe se situe à 95% et 5%.

 

Et qui consomme le plus de chocolat au monde ??

Les Belges me souffle-t-on à l’oreille… Eh bien non ! Il se trouve que les Belges se situent à la deuxième place derrière les Allemands, avec 11kg/an/habitant.

Pâques est passé, mais savez vous quelle quantité des chocolat est vendu tous les ans à cette période ? 14 500 tonnes !

En moyenne nous achetons 900g de chocolat et le dépensons environ 18€ pendant la semaine de Pâques !

 

Alors les gourmands, on espère que vous avez bien digérez vos chocolats !!

 

 

Découvrez nos succulentes actualités

Découvrez nos succulentes actualités

Pour rester aux jus de toutes nos nouveautés, inscrivez vous ! 

Votre inscription est bien réussie